The Art of Ohad Naharin : Last Work [VOD]

About

THE ART OF OHAD NAHARIN

Fondée en 1964 à Tel-Aviv, la Batsheva Dance Company est dirigée depuis 1990 par Ohad Naharin. De formation musicale, passionné de mouvement, c’est à travers la technique « Gaga », une écriture axée sur l’exploration des sensations et la disponibilité du corps, que ce chorégraphe virtuose et engagé a su imposer sa marque de fabrique et écrire les grandes heures de la compagnie israélienne. En 2015, le film Mr. Gaga. Sur les pas d’Ohad Naharin des frères Heymann rendait déjà hommage à ce phénomène de la danse moderne et de la pop culture.

Reposant sur un équilibre fragile entre pulsation et méditation, totalité fragmentée et instable saturée d’un symbolisme opaque et énigmatique, Last Work est également une pièce qui reflète l’engagement politique et éthique du chorégraphe israélien, qui signe ici une réflexion sur la guerre, la paix, la résistance à l’oppression. En disloquant le principe même de la danse, la gestuelle chorégraphique de Naharin crée un nouveau regard sur notre monde, sa violence, ses possibilités, son avenir.

Distribution

LAST WORK
de Ohad Naharin

Avec Billy Barry, Yael Ben Ezer, Matan Cohen, Omri Drumlevich, Bret Easterling, Hsin-Yi Hsiang, Chunwoong Kim, Rani Lebzelter, Eri Nakamura, Ori Moshe Ofri, Nitzan Ressler, Or Meir Schreiber, Maayan Sheinfeld, Yoni (Yonatan) Simon, Amalia Smith, Bobbi Jene Smith, Zina (Natalia) Zinchenko

Musique originale : Grischa Lichtenberger
Musiques additionnelles : Sagat, Hysterics, MPIA3, Monkeys, Luminox, Lullabies-Of-Europe, Clara Rockmore

Scénographie : Zohar Shoef
Costumes : Eri Nakamura

Galerie photo
Flickr Album Gallery Powered By: WP Frank
Presse

« Une pièce étincelante d’Ohad Naharin, pleine d’émotions et d’inventions. Une oeuvre en prise avec son temps.» – LA TERRASSE

« Une écriture savante et conflic­tuelle qui défroisse un nœud de nerfs et le transforme en kaléidoscope de lignes. La danse de Mr Gaga […] est un branle-bas de combat de styles et d’humeurs. » – LE MONDE (Rosita Boisseau)

« Une chorégraphie entre mouvements semblant au ralenti et accélération folle, portée par certains des interprètes actuels les plus doués. De quoi être un peu plus gaga d’Ohad… » – LES ECHOS (Philippe Noisette)

       
0